J'ai eu l'idée d'une série de posts à propos de la méthode ou pédagogie Montessori, que j'applique de manière plus ou moins souple avec ma fille depuis ses premiers mois. J'ai connu cette approche par le biais d'une amie qui était branchée "éducation anticonformiste", et au début je l'avoue ça ne me branchait pas du tout !!! J'avais beaucoup d'appréhensions et j'ai voulu en savoir plus par curiosité. Finalement je crois pouvoir réussir à en parler sans dire d'âneries. Parce que c'est très compliqué à présenter si on ne veut pas tomber dans quelques clichés...Mais d'abord, une petite introduction...

Montessori, qu'est-ce que c'est ?

En fait, c'est le nom d'une scientifique italienne, Maria Montessori, qui a vécu et publié ses livres au début du XXe siècle. Psychiatre, elle se spécialise dans l'accompagnement d'enfants "attardés" et de ses observations est née son approche révolutionnaire pour l'époque. J'insiste sur le fait que c'était une psychiatre, et non pas une baba cool libertaire écervelée. Voilà c'est dit...

Maintenant passons au concret.

Montessori, pour qui et comment ?

L'approche Montessori a pour vocation d'accompagner l'enfant dans son développement, de la façon la moins intrusive et la plus respectueuse possible de ses besoins. L'enfant connaît des Périodes Sensibles, comme par exemple, celle de la marche, celle de la propreté, de l'écriture etc. En gros, il faut que le parent ou l'éducateur sache reconnaître le bon moment pour aider l'enfant à développer seul les compétences de l'enfant; si on rate le coche, ça sera plus compliqué.

Maria Montessori a créé des outils spéciaux adaptés au développement sensoriel et intellectuel de l'enfant. On le trouve dans les écoles Montessori ainsi que sur internet. Ces outils restent chers mais on peut s'en inspirer au quotidien avec les moyens du bord.

Je vais saucissonner mon message en plusieurs parties, parce qu'il y a tant de choses à dire, et parce que je manque de temps...

Donc voici mon plan (je suis prof, on ne se refait pas...!)


I Concrètement, ce que j'ai fait avec ma puce pour coller à ça

II Ce que je n'ai pas fait, et pourquoi

III Mes conseil

IV Les meilleurs bouquins que j'ai lus sur le sujet

 

Donc aujourd'hui, ce que j'ai fait (je fais court, mais ça peut se moyenner de rallonger si ça intéresse certaines...) Et attention, je ne souhaite pas passer pour le donneuse de leçons, mais seulement expliquer. On fait aussi ce qu'on peut, hein !

*Bébé:
Pas de jouets qui clognotent, de mobiles qui font soirée disco, trop de couleurs, de formes, bref à vouloir "éveiller"  son enfant on l'habitue à vivre dans une fête foraine h24...Mauvais pour son développement, son besoin de calme. C'est dans l'observation lente qu'il fait travailler son cerveau.

D'une manière générale, je n'ai aucun jouet électronique à la maison, et j'essaye de limiter le nombre de jouets tout court. (parfois dur de résister au craquage de son minibout ou de soi-même d'ailleurs, et comment refuser certains cadeaux pourris?)

J'avais aussi placé, dans le salon, un matelas au sol avec un miroir pour qu'elle se voie. Il fallait la voir explorer, rouler parfois super loin dans la pièce, puis tout regarder ! C'est aussi un moyen de faire redresser la tête quand ils sont sur le ventre.

DSC_0175

Dans le même genre, la méthode préconise un lit au sol pour la nuit aussi, mais je n'ai jamais osé. Elle a eu un lit à barreaux "classique". Maria Montessori dit que l'enfant doit apprendre à aller se coucher seul quand il sent qu'il a sommeil. Bon, j'ai pris le parti de me dire que je préférais avoir la paix à une heure précise lol.

Quoi d'autre ? Pas de parc non plus, c'est une entrave au mouvement. L'enfant peut très bien évoluer dans un milieu sécurisé et apprendre à se mettre debout autrement qu'avec les barreaux. Pour ma fille, on avait mis une barrière au salon au cas où j'aie quelque chose à faire d'urgent. Comme rien ne craignait dedans j'étais tranquille. Le problème se pose avec plusieurs enfants, vu que n°2 est en route va-t-on devoir en avoir un quand même ? Je ne sais pas. Dans sa chambre, j'avais mis un autre matelas pour la poser au lieu de la mettre dans le transat. En fait, l'idée c'est de donner la plus grande liberté de mouvement à son minibout. Donc transats, doomoo et autres sièges "pour qu'ils tiennent assis" c'est bof. Perso je trouve le transat pratique quand même. Mais c'est vrai que pour tenir assis le bébé n'a besoin que de ses muscles et pas d'un harnais...donc jamais eu de siège à la maison avant qu'elle tienne assise seule.

DSC_0141

Un livre est sorti récemment,

Il a l'air très bien et je vais certainement l'acheter. L'auteure est une référence.

Pour finir, deux liesn vers des blogs que j'apprécie énormément.

Le Journal de Liv et Emy Retourner aux archives de 2010 pour suivre l'évolution d'Emy à partir de sa naissance.

(cliquer sur l'image)

Et Sew Liberated, une américaine cette fois. (cliquer sur l'image)

 

Voilà pour l'instant !

A bientôt !!