Coucou les mamans de minibouts

Aujourd'hui j'écris un article sur l'allaitement. J'ai un peu de temps devant moi, Minibout 2 est chez sa nounou aujourd'hui pour sa première longue journée (bouuuuuuuuuuuuhouhou).

Attention, une chose importante ! Cet article n'est pas là pour relancer le débat interminable du sein vs biberon. En fait, toutes les combinaisons sont possibles...Néanmoins je ne choquerai personne si je dis que le lait maternel est l'aliment le plus dapté au bébé, je crois que tout le monde est d'accord. Après, chacune fait comme elle peut -et veut. (celles qui me connaissent savent que je suis une militante dans l'âme, mais j'essaye de rester mesurée LOL)

Je me souviens d'une visite avec des classes de 6e à une ferme pédagogique dans ma région en plein hiver (vous êtes en train de vous demander où je vous embarque, mais ne vous inquiétez pas, lisez la suite). A part le fait qu'il faisait -15° et que certains élèves ne portaient qu'un t-shirt, nous avons appris pas mal de choses sur le cycle de la vie des vaches à la ferme, caressé des chèvres et mangé du fromage. Certains veaux ont l'honneur d'être élevés sous la mère (ce qui donne de la meilleure viande). Il y avait un petit veau qui venait de naître, gardé en surveillance à l'intérieur du bâtiment. "ooohh il est trop mignoooooooooon". L'animateur nous montre alors un petit récipient contenant une sorte de liquide pâteux jaunâtre et demande si on sait ce que c'est. "Euh..." disent les élèves. "C'est du colostrum, le premier lait de la vache quand elle a un petit. C'est indispensable pour qu'il démarre bien dans la vie
Et là j'ai tiqué. Le petit veau a droit au colostrum de sa mère. Et dans nos sociétés industrialisées, où l'allaitement n'est plus un acte naturel, certains mère ne donnent pas leur colostrum à leur minibout qui vient de naître. Elles leur donnent du lait....de vache. Oui, celui pour les veaux.
On marche un peu sur la tête, quand même.

Alors oui les laits infantiles (je préfère dire artificiels car ce sont des préparations industrielles) sont faits pour ressembler au lait humain, il y a en fait quasiment tous les éléments nécessaires au bon développement physique et neurologique d'un minibout. On trouve plein d'infos sur les comparaisons entre les deux sur internet, je ne vais pas tout vous mettre ici.

Mais bon, ce qui me désole, c'est d'écouter des mamans qui:
N'ont pas pu démarrer correctement un allaitement
N'ont pas pu faire perdurer un allaitement qui a clapoté on ne sait pourquoi
N'ont pas eu de soutien de leur entourage, voire on dû subir plein de jugements à l'emporte-pièce de femmes qui n'y connaissent rien
Cet aricle est fait pour ces femmes-là.
Il y a bien sûr plein d'autres raisons qui font qu'une femme ne souhaite pas allaiter (peur des changements de la poitrine, du sentiment d'esclavagisme induit par certains bébés trèèèès demandeurs, peur du regard des autres, peur du manque d'amour du conjoint, etc). A celles-là je me garde bien de dire "mais si, c'est mieux l'allaitement' car je sais que ça n'y changera rien. Hélas, et c'est mon IMMENSE regret, notre société a petit à petit laissé mourir notre côté mammifère, pour faire des femmes des genres de Wonderwoman présentes sur tous les fronts, qui n'ont pasà s'enquiquiner d'un bébé pendu au sein à longueur de journée. Mais là encore, tous les entre-deux sont possibles, on peut essayer de faire en sorte d'être présente sur plein de fronts quand même, et allaiter. C'est mon défi à moi, par exemple. Mais parce que ça me plait. SEULEMENT parce que ça ME plaît)

Donc.

Vous venez d'accoucher d'une petite merveille de minibout, crotte recroquevillée aux yeux globuleux pleins d'amour, noyée dans un pyjama trop grand.
Vous vous êtes demandée si vous alliez allaiter, mais vous n'êtes pas encore très sûre. Il y a eu la tétée de bienvenue, quand on vous a posé votre bébé sur la poitrine. (même en cas de césa d'urgence, sauf détresse du nouveau-né ou de la maman). Soudain vous pensez à tout ce que vous avez entendu sur l'allaitement sans jamais vraiment y avoir prêté attention.
Et un nouveau monde s'ouvre à vous, avec des mots comme:
*prise du sein
*crevasses, engorgement
*position en madone, ballon de rugby, louve ( késako ??!!!)
*couleur jaune d'or

etc.

Alors je dirais qu'il n'est pas trop tard pour ne pas paniquer, mais c'est quand même mieux quand on a un peu déplayé le terrain.
Mes conseils sont les suivants, ô toi primipare ou multipare qui va commencer un allaitement:

*avoir lu un bouquin correct sur l'allaitement, ou en emprunter un une fois à la maternité. Pas un guide global sur la naissance, non. Un VRAI livre uniquement sur l'allaitement. Genre celui-là:

*Ensuite, s'entourer de femmes qui ont connu un allaitement heureux. Et ignorer superbement toutes celles pour qui ça a foiré et qui vous racontent en détail combien ça a été difficile...

*Ne pas hésiter à harceler la puéricultrice de la maternité, la sonner 10x la nuit s'il le faut pour aider à la mise au sein. Ne pas hésiter à poser des questions, pleurer un bon coup, etc.

*Ne pas se jeter sur les biberons au moindre souci ou doute, c'est la meilleure manière de rater son allaitement...

*Une fois à la maison, savoir qu'il existe des lignes téléphoniques qui sont d'une aide fabuleuse. J'ai appelé une fois un dimanche soir à 20h30 en pleurs, mon bébé dans les bras, qui avait hurlé 1h après la tétée. J'avais acheté des bouts de sein "au cas où". Grace à cette dame, je n'ai jamais ouvert la boîte.
Il y a aussi des réunions de la Leche League ou autres associations, dans chaque région.

*Y croire dur comme fer, positiver, essayer de prendre du recul parfois aussi. Il n'y a aucune raison pour que ça ne fonctionne pas.

Racontez ici vos expériences, faites vos remarques et posez vos questions si vous en avez, c'est fait pour !

A bientôt...!