A Noël, j’ai reçu un livre en cadeau (emballé dans une feuille de journal). Merci papa Noël écolo ! ;)

Ce livre que je vous conseille c’est :

 

famille ZDLa famille presque Zéro déchet

 

Je vous en ai d’ailleurs déjà un peu parlé sur la page Fb de Nous Et Les Minibouts.

On faisait déjà pas mal de choses à la maison pour limiter nos déchets et préserver l’environnement ainsi que notre santé, mais depuis ce livre on a vraiment pris conscience qu’on pouvait en faire plus.

Etape par étape…

Aujourd’hui, je vais vous parler des actions que l’on a menées dans la salle de bain.

Vous l’avez surement vu passer sur les réseaux sociaux notamment, en fin de semaine dernière, l'UFC Que choisir et 60 Millions de consommateurs ont chacun publié un guide pour nous aider à éliminer de notre salle de bain les substances irritantes, allergènes, cancérogènes et/ou suspectes d’effets perturbateurs endocriniens.

 

6O millions

UFC que choisir

Le premier a établi une liste dénonçant 1000 produits à risque, le second une liste positive des produits à privilégier.

Il existe également une appli gratuite très pratique, intitulée Clean Beauty, qui permet à partir d’une simple photo de vos produits, de décrypter les ingrédients.

 

Armée de toutes ces infos, j'ai décidé d’étudier l'ensemble des flacons de notre salle de bain.

produits

En regardant la quantité de produits présents dans l’étagère, je me dis d'abord que les multinationales des cosmétiques ont bien raison de dépenser autant en publicités et marketing : ça marche… Avons-nous vraiment besoin de tout ça ?

Puis je commence avec les shampoings… Ça commence fort… Pas un seul ne contient aucun produit indésirable…

Ceux qui reviennent le plus souvent ce sont deux dangereux allergènes : la methylisothiazolinone (MIT) et la methylchloroisothiazolinone (MCIT) qui sont d'ailleurs des substances interdites depuis juillet 2016 dans les produits non rincés (crème, gel pour les cheveux, lait corporel), mais restent autorisées dans les produits rincés (shampoing, gel douche)…

 

MIT

Mon homme vient me rejoindre et armé de son téléphone et de l’appli Clean Beauty, il passe tous les produits qu’il trouve sous son détecteur de perturbateurs endocriniens…

Il y en a tellement !! Comment on peut permettre de mettre tout ça dans les produits pour enfants en vente au supermarché… !!

Le carton « poubelle » grossit, grossit…

Mais la palme revient quand même à deux produits en particulier…

Le premier m’a été conseillé pour ma fille, qui a les cheveux très long, par mon coiffeur.

Il s’agit de KERASOIN Bi-phase.

 

bi phase

pas content

L’application CLEAN BEAUTY a détecté les ingrédients controversés et allergènes suivants :

CYCLOPENTASILOXANE
Silicone suspecté  par une partie de la communauté internationale d'être un perturbateur endocrinien.

PEG (POLYÉTHYLÈNE GLYCOL)
Tensioactif, fabriqué à partir de l'oxyde d'éthylène, un gaz très réactif, extrêmement toxique, cancérigène et mutagène.

LINALOOL
Composé aromatique. Allergène.

ISOEUGENOL
Dénaturant, parfum ou agent masquant. Allergène.

METHYLISOTHIAZOLINONE (MIT)
Conservateur antimicrobien peu coûteux, fréquemment mis en cause par les études scientifiques dans les réactions de type allergique (y compris eczémas de contact).

 

 

 

Le deuxième c’est, grossesse oblige, un soin anti vergetures : La bi-oil. Une huile qu’on achète en pharmacie, avec un nom et un packaging qui inspirent le sérieux et surtout que l’on tartine sur le ventre des femmes enceintes contenant un petit fœtus en formation… On se dit - enfin je me disais- que ce devait être un bon produit quand même !

bi-oil soin-de-la-peau-125ml

pas content

Et ben non… Ce produit contient des agents parfumants allergisants et un perturbateur endocrinien… le BHT.

Le BHT est un agent antioxydant qui permet d’éviter l’oxydation des formules. Il est assez fréquemment utilisé, en particulier pour remplacer le BHA, décrié du fait de ses multiples potentialités toxiques. Malheureusement, comme le souligne l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire), ces deux composés sont de proches parents et « leurs usages aussi bien que les préoccupations à leur sujet sont très similaires ».

 Finie donc la bi-oil pour moi…

 

On continue notre inventaire et on passe en revue les gels douches. Déprimant… mis à part ceux de chez LUSH. Ouf !

 

Puis les dentifrices. Notre ELMEX est bien aussi. Ça remonte un peu le moral.

 ELMEX dentifrice-sensitive-au-fluor-d-amines-olafluor

content

On finit notre tour avec les déodorants. Je faisais déjà attention à éviter l’aluminium. Les miens (pas chers) sont ok mais ceux de monsieur (de marque) ne sont pas terribles du tout…

 

En conclusion, il ne faut surtout pas se fier aux grandes marques ni aux mentions sur le packaging. En effet, comme le rappelle l'UFC-Que Choisir, les mentions «Hypoallergénique», « testé sous contrôle dermatologique », « peaux sensibles » ne signifient rien de précis et permettent aux marques de faire ce qu'elles veulent… Tournons-nous vers les produits bio pour éviter les toxiques… et bien non, les deux guides nous rappellent que ce n'est pas si simple non plus…

 

 

Bien déprimés, on prend la décision de :

  1. jeter les produits les plus toxiques,
  2. finir les autres pots entamés
  3. et surtout de tout changer.

 

Pour cela, on a imprimé le guide imprimable (gratuit) de l'UFC Que choisir. On a aussi bien étudié la liste de produits conseillés par 60 millions de consommateurs et on a bien sûr installé l’appli bien pratique en courses : Clean Beauty.

liste

Mais ce n’est pas assez… Pour se débarrasser aussi des contenants plastiques polluants, on va progressivement passer aux produits fait maison.

Etape par étape. J

Pour le gel douche, on ne va pas direct fabriquer nos savons, mais ça viendra. En attendant, on va utiliser le SANEX Zéro %, bien classé dans le guide de 60 millions de consommateurs.

SANEX gel-douche-zero

content

Par contre, ma Minibout N°1 commence à avoir besoin de déodorant. Hors de question de l’asperger de produits chimiques toxiques contenant des perturbateurs endocriniens ou des substances cancérigènes !

 O212110_Deo

On va donc lui fabriquer un déodorant naturel fait maison. J’ai d’ailleurs fait une commande aujourd’hui sur internet de produits naturels, pour fabriquer notamment du déodorant, mais aussi des baumes à lèvres et des bombes de bain. Viendront sûrement ensuite savons et dentifrice solide.

On teste tout ça en famille et je vous ferai un article très bientôt si c’est efficace.

Lynette &co