Le gâteau magique, c'est LE gâteau à la mode en ce moment. Il porte ce nom car, à partir d'une seule préparation et d’une même cuisson, on obtient 3 couches : un flan, une crème délicieuse et un biscuit génoise aérien.

La première fois que j'en ai entendu parler, j'étais sceptique, mais en grande curieuse, il fallait que j’essaie !

Résultat : un très bon gâteau, très simple et rapide à faire avec nos minibouts et qui ne récoltera que des compliments !

 

gateau magique1b

D’abord, comment ça marche ?

Les jaunes d’œufs, fouettés avec le sucre, le beurre, la farine et le lait vont créer les deux premières couches du gâteau magique, celles du flan et de la crème. En effet, la cuisson lente à 150°C va permettre de cuire le dessous du gâteau tel un flan, sans cuire le dessus qui conservera une texture crémeuse.

Ensuite, les blancs en neige vont venir former la couche de génoise. Ils ne s’homogénéisent pas avec le lait et flottent donc sur le dessus du gâteau.

 gateau magique2b

 

 

Il existe diverses variantes de gâteau magique. J’ai pour ma part choisi une version classique à la vanille (trouvée ici) à laquelle j’ai rajouté des framboises ! hummm… !

 

Ingrédients (pour un moule diamètre 26cm)

6 œufs
225 g de sucre
1,5 càs d'eau
185 g de beurre
175 g de farine
1 pincée de sel
750 ml de lait entier

150g de framboises surgelées
2 gousses de vanille

 


Préchauffer le four à 150°C.

Faire fondre le beurre et le laisser tiédir.
Faire chauffer le lait et les gousses de vanille grattées, et laisser ensuite infuser hors du feu 1 heure minimum.

Plus la vanille sera infusée, plus le goût sera intense. On fait chauffer le lait (sans qu’il soit bouillant) pour éviter que le résultat ne soit trop compact. De plus, le lait chaud favorise l'infusion de vanille.

Séparer les jaunes et les blancs.
Monter les blancs en neige ferme.

Pour éviter d’avoir une génoise trop épaisse, il faut privilégier des œufs de calibre moyen.

Battre les jaunes d'œufs, le sucre et l'eau pendant quelques minutes. Faire blanchir.
Ajouter le beurre fondu tiédi et continuer à battre.
Tamiser sur le mélange la farine et le sel. Mélanger rapidement, toujours au batteur.
Ajouter le lait tiède progressivement et battre pour tout bien mélanger.

Incorporer délicatement et en plusieurs fois les blancs à la pâte à l'aide d'une maryse.

C’est la phase délicate. Si les blancs ne sont pas suffisamment montés, la génoise ne sera pas assez épaisse ; s’ils le sont trop au contraire, ils seront difficiles à incorporer ; s’il y a de trop gros grumeaux, il y aura des bulles de blanc sans goût dans la génoise ; et s’ils sont trop mélangés à la pâte, il n’y aura plus de crème… Petite astuce : l’intégration des blancs se fait à la maryse puis on les casse légèrement trois secondes au batteur vitesse 1. Il faut laisser des petits grumeaux. Lorsque la pâte est prête, interdiction de la laisser reposer au risque de voir les blancs retomber.



Placer des framboises au fond d’un moule. Verser le mélange dessus. Lisser avec la lame d’un couteau les blancs à la surface. A la cuisson, les framboises vont remonter et se placer dans la couche crémeuse intermédiaire.

On peut utiliser un moule en silicone, en porcelaine, en fer, beurré ou garni de papier cuisson. Le plus simple pour démouler est le moule en silicone. Personnellement, j’utilise un moule à manquer à fond amovible de 26cm de diamètre garni de papier cuisson pour éviter les fuites de pâte (qui est liquide) et faciliter le démoulage.


Enfourner pendant 60 minutes.

Côté cuisson, on privilégie la chaleur traditionnelle à la tournante, pour éviter que le gâteau ne monte trop haut, se craquelle ou qu’une couche trop épaisse de génoise se forme par rapport à la quantité de crème.
Cuit, le gâteau doit être légèrement tremblotant. Attention, trop cuit, la couche de crème disparaît.


Laisser le gâteau refroidir deux heures au réfrigérateur, voire toute une nuit, avant de le démouler.

Quand il est frais, le gâteau se démoule plus facilement et se découpe mieux. Pour un démoulage sans problème, on retourne le gâteau bien frais sur une assiette couverte de film pour ne pas endommager la génoise. On le retourne à nouveau sur une assiette de présentation afin de placer la génoise en haut. Et pour couvrir d’éventuelles imperfections, on saupoudre de sucre glace et de fruits frais.


Réserver au frais.

 

 gateau magique3

 

 

Ce gâteau est formidable. Il épatera vos convives à tous les coups ! En plus, il est déclinable à l'infini...

Attention toutefois à certains ingrédients qui peuvent changer l’aspect final du gâteau. Comme le chocolat, qui ne favorise pas la formation de couches bien distinctes. Aucun risque avec la vanille et la crème de marron. Attention aussi aux fruits très juteux qui peuvent changer la texture du flan à cause de l’eau qu’ils contiennent.

 

Sur internet vous trouverez facilement des variantes au cacao, chocolat blanc, aux myrtilles, à la crème de marrons, au pain d’épices, au citron, poire et praliné, mangue et chocolat blanc, pralines roses, spéculoos, chocolat et caramel beurre salé... …etc… Il existe même des versions salées ! ;)

De l’inspiration également dans 3 livres : (je vous avais dit que c’était un gâteau à la mode !)

Gâteaux magiques de Christelle Huet-Gomez, dans la collection les petits plats Marabout.

Incroyables gâteaux magiques de Véronique Cauvin, collection Solar.

Gâteaux magiques: 1 préparation, 3 textures de Aurélie Desgages, Hachette.